échos sur le CES entendus sur DIGITAL CHANGE 2019

Pour conforter les retours du CES (Consumer Electronic Show) lus dans la presse, voici quelques échos des entrepreneurs et entrepreneuses partis à Las Vegas en janvier 2019 !

Les innovations qui seront bientôt sur le marché avec des applications concrètes : livraison par drone, assistants vocaux, maison connectée (souvenons-nous que les frères Guillemot parlaient déjà de domotique en 1995 !), impression 3D et réalité augmentée (RA = voir mieux que le réel avec du virtuel ; RV = plongée dans l’environnement virtuel).

Selon son niveau de maturité, la technologie va prendre effet, comme la 5G ou la voiture autonome qui est bien au-delà maintenant du prototype de salon.

Pour rester dans l’environnement de la voiture, les grands fabricants de voiture vont passer de la vente de véhicules à la vente de voyage ! Il faut passer du hard au soft et le soft c’est la couche de services !

Les interactions vocales seront intégrées dans tous les outils du quotidien  (Legrand a déjà inventé des interrupteurs connectés). La voix est le cheval de Troie des GAFA pour pénétrer les « home-sweet-home » et récupérer les données.

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a tout un écosystème pour travailler sur ces nouveaux concepts. Le dirigeant d’entreprise qui souhaite intégrer une de ces nouvelles technos dans son offre peut s’appuyer sur pléthore d’acteurs. Le CES est justement le bon endroit pour réseauter.

Et le CES qu’est-ce que c’est ? Un salon des innovations plus que de la technologie en fait ! Cette année, un salon très frenchy et un seul stand pour la French Tech, sans présence de politiques et une disponibilité totale des exposants puisqu’avec le décalage horaire, ils sont « dispo » sur place.

Le CES, un salon exclusivement masculin aussi, même si depuis le bad buzz de 2018, il y a des efforts de faits pour une mixité dans les conférences et les tables rondes. Des femmes évidemment sur l’Eureka Parc et Start Up ainsi que sur les stands du Japon et de la Corée. Les grands constructeurs ont encore des « hôtesses » et les afters sont estampillés « pour les hommes ».

 

Retour d’acteurs du numérique sur le CES 2019 : LEXHUB, EMOTIC, NIJI, THE DARK PIXEL et FEMMES DU DIGITAL OUEST

logo concordance conseil favicon

Bonne année, beaux projets !

Très bonne année à tous !

Et pour bien démarrer, une petite vidéo pour comprendre plus facilement la valeur ajoutée de mon métier de consultante marketing et communication, avec le concours d’OPLUS  BUSINESS SPHERE, sourcing d’experts.

ENR marines

Un article OF avec des interviewés énervés quand ils parlent de la poudre aux yeux envoyée par les pouvoirs publics quant aux projets concernant les énergies renouvelables marines : la France peut mieux faire… mais s’en donne-t-elle les moyens et aide-t-elle les entrepreneurs à déployer les missions dans ce secteur ? C’est là qu’est la question !

 

International Week Nantes 2018 : ou comment échanger sur les bonnes pratiques à l’export

L’international Week est toujours inspirante. La journée du 4 octobre à la CCI de Nantes a permis de faire le point, à travers les différents ateliers et conférences sur les quelques règles d’or à l’international.

Voici un résumé des clefs indispensables pour réussir à l’export, selon les témoignages de dirigeants de PME et PMI se développant à l’international :

  • 1 : s’assurer de l’impulsion du dirigeant
  • 2 : gérer le timing : savoir s’organiser, se rendre disponible (si c’est la crise, on est dans la recherche de CA en France et si la croissance est là, elle accapare tout entier !) ; l’export c’est une course de fond et il faut du temps pour développer l’activité
  • 3 : collaborer avec les instances régionales : CCI, Business France, Atlanpole pour la technologie, qui vont accompagner dans des missions d’étude ou de prospection sur le terrain
  • 4 : cibler le « pas de côté » pour se différencier de la concurrence et aussi pour choisir les bons partenaires à l’international (la relation de confiance est primordiale et se tisse avec soin et avec du temps !)
  • 5 ; avoir une offre adaptée au marché visé, sur laquelle on peut s’appuyer
  • 6 : travailler sa com’ : web, réseaux sociaux, salons et supports documentaires bien sûr ! Orienter sur un contenu pertinent, s’adapter au vocabulaire de la cible, sur ses usages, sur ce qu’elle attend !
  • 7 : peaufiner l’approche réseau avec les distributeurs, les agents, les partenaires, les prescripteurs
  • 8 : identifier les ressources en interne ; focusser sur la formation ; penser externaliser certaines missions, ne pas hésiter à intégrer un VIE (un relais important sur le terrain et qui peut continuer à tisser la relation client une fois le dirigeant reparti en France)
  • 9 : rester constant dans sa présence sur le marché visé ; ne pas lésiner sur les déplacements et penser à gérer les back-up dans l’entreprise pendant ces temps de découverte et de prospection sur le terrain, même si une équipe de technico-commerciaux export est créée.

Et tout cela, bien sûr, sans oublier les aspects culturels et surtout l’humilité que tout exportateur doit afficher et s’approprier, même dans le cas d’une offre innovante !

pour des infos sur l’événement, voir le site web de l’International Week 2018 !