4 ans de discours anti ONU, anti OMC, anti Europe, … ça ne s’efface pas comme cela !

Le mandat Donald Trump va laisser des traces, et pas seulement aux Etats-Unis, c’est ce qu’expliquer Jean-Luc Hees dans son essai « L’Amérique, la facture » aux éditions Baker Street.

A bas bruit, la manière de gouverner du président américain a contribué à polluer la planète. Même en France où il n’est plus interdit de cracher sur ce fameux « esprit des lumières » qui nous vaut encore un peu de considération de la part des damnés de la terre.

Trump a malmené l’ONU, puis l’Organisation Mondiale du Commerce est devenu aux yeux de Donald Trump l’ennemi public numéro un, attaché à la perte de la prospérité économique américaine. Tout est fait pour réduire cette institution à l’impuissance.

En Europe, les engagements pris par les États-Unis sont violés. Les ex-partenaires doivent soit se soumettre au diktat soit subir des représailles. Une façon plutôt archaïque d’établir une saine relation entre alliés.

La vision générale de Donald Trump s’est déjà imprimée sur la marche des affaires internationales.

Même l’ancien conseiller [John Bolton] en tire une conclusion plutôt glaçante qui, si elle se révèle exacte, concerne le monde dans son ensemble : si Trump est réélu, « il fera preuve de nettement moins de retenue ». Effectivement, plus rien ne pourra le restreindre.

Le constat est en effet glaçant. Et se relever de ces quatre années de misère diplomatique et de retour en arrière ne sera pas si aisé.

D’autant que la démocratie mise à mal par le président sortant des Etats-Unis a donné des idées dans des pays encore modérés il y a peu. Que peuvent les électeurs de Turquie, de Russie, du Brésil quand le « grand-frère » américain les lâche sur l’exemplarité démocratique ? Déjà que les jeunes électeurs sont de plus en plus éloignés de la chose publique, ce n’est pas avec la Tweet-diplomatie de Trump que cela leur donnera envie de retourner aux urnes !

Comme l’écrit Jean-Luc Hees dans son essai « L’Amérique, la facture » aux éditions Baker Street :

Le dernier rempart à un abus de pouvoir caractérisé serait l’opinion publique. Or la désaffection, pour ne pas dire le divorce, entre le peuple et ses dirigeants, n’a jamais été aussi évidente. Et c’est un phénomène que l’on constate dans nombre de démocraties. On se rend de moins en moins volontiers aux urnes. Ce qui favorise automatiquement les extrêmes.

Le journalise explique aussi que Le progrès démocratique n’est jamais garanti et ce n’est pas Donald Trump qui a initié il y a quatre ans cet état de fait. Mais il encourage, par son propos, son action, sa posture toutes sortes de régressions, qui s’exportent allègrement.

Le 4 novembre 2020, et les jours qui ont suivi ont donné la chair de poule… car ce n’était pas que pour les États-Unis que le comptage des votes importait… l’Europe aussi retenait son souffle… Comme l’avait écrit Mary L. Trump, la nièce de Donald Trump dans un livre sanglant,

 « Si on lui accordait un second mandat à la maison blanche, ce serait la fin de la démocratie américaine. »…

Aujourd’hui, le président des États-Unis n’a pas été réélu mais l’héritage que nous lèguera Donald Trump promet d’être lourd à porter.

com’ de crise : l’avis d’un avocat

Cinq mots clefs à philosopher pour parler communication de crise :

ANTICIPATION – REACTIVITE – TRANSPARENCE – EMPATHIE – MOBILISATION

C’est ce que propose Florian Silnicki, Fondateur de l’Agence LaFrenchCom,  via un article du Point

et dans tous les cas, rebondir sur la relation déjà initiée et la confiance existante…

… on ne démarre pas la com’ en période de crise, on l’amplifie, on la peaufine, on la pense en stratège et on part de l’existant !

De l’impact des réseaux sociaux dans la communication politique et comment on peut manipuler l’internaute…

Dans son très bon essai « L’Amérique, la facture » aux éditions Baker Street, Jean-Luc Hees décrypte la stratégie anti-presse de Donald Trump. Son constat est sans appel, l’ancien président (enfin, il est toujours au poste jusqu’au 20 janvier 2021), a désigné la presse comme ennemi public numéro 1.

Le journaliste précise même :

« Donald Trump, et il l’a répété à plusieurs reprises, a songé à réviser les lois sur la diffamation. C’est une méthode « douce » très connue des dictateurs et autres chefs d’Etat autoritaires. Les procès en diffamation, avec à la clef, au gré des lois, de très lourdes amendes, peuvent ruiner des organes de presse les plus influents et les plus puissants. Partout, en Amérique latine, en Russie et dans certains pays d’Europe, cette pratique se généralise et parvient souvent à museler la presse. »

Et d’ailleurs, J.L. Hees cite Jonathan Greenblatt, responsable de l’Association Juive contre la diffamation, après l’affaire George Floyd sur Facebook et les messages d’incitation à la haine : « les partisans de Trump « devraient apprendre l’histoire. L’ignorance ne constitue pas une excuse. »

 

En twittant à longueur de journées, Trump s’est instauré communiquant, le seule à transmettre les informations… en arguant que la presse n’est que propagateur de « fake news », il a imaginé un nouveau procédé, celui des « post-vérités »… ou « faits alternatifs », « qui, grossièrement, prône la nécessité du mensonge pour gouverner. » 

Et grâce aux réseaux sociaux, la force de frappe de Trump est sans précédent. Et cela perturbe grandement les grands organes de presse américaine.

Jean-Luc Hees reconnaît le professionnalisme de Twitter, dont « Jack Dorsey, le patron de Twitter est sans doute doté d’une conscience politique. »

L’ancien spécialiste politique de France Inter critique par contre à Facebook, qui a son rôle à jouer dans la place que prend Trump sur les réseaux sociaux. Il cite : « Dans une démocratie, affirme Zuckerberg, c’est aux gens de décider ce qui est crédible ou pas. Cela ne relève pas de notre responsabilité. » Une formule qui, somme toute, résume assez bien la philosophie globale du « trumpisme ».

 

Et c’est dangereux, car même si Biden a été élu et haut la main, quand le livre a été publié, les élections n’avaient pas eu lieu, et l’auteur de « L’Amérique, la facture » pensait que

« Comme en 2016, ce seront les réseaux sociaux qui feront pencher la balance d’un côté comme de l’autre, Donald Trump ou Joe Biden. Les entreprises gérant Internet sont principalement sous influence américaine, financière et politique. »

Les élections américaines ont changé la donne et les Démocrates reprennent la main. Le Trumpisme aura transformé la vision de la démocratie et la facture va en effet être difficile à payer… aux USA et de par le monde entier.

 

 

emarketing

La relation au cœur de la fidélisation

La relation client évolue avec les nouveaux usages de l’internaute et les évolutions dans les pratiques du client, en click-and-collect, à distance et lui aussi en télétravail !

Du transactionnel des débuts de la relation client outillée de CRM, on est passé au relationnel et l’entreprise (et/ou la marque) se doit de penser engagement aujourd’hui !

Il est vital de remettre l’humain au centre du programme et de diffuser les valeurs de la marque et son ADN.

Pour fidéliser les clients et dans la création de programmes de fidélisation, le client est écouté, entendu, pris en compte dans sa demande et son identité… La personnalisation, la relation directe, même à distance, c’est la clef de la satisfaction et de la fidélisation… pour transformer le client en client à nouveau, client d’autre chose, prescripteur et ambassadeur… et le cercle est vertueux !

Un article d’e-marketing dont un éclairage lumineux sur la posture à tenir !

Le sens, le relationnel, la continuité

Eh oui… il ne s’agit pas d’inventer les liens relationnels avec son client ou ses collaborateurs au moment où la crise sévit et où la collaboration se fait à distance.

Le relationnel dans la continuité, du sens dans les échanges, c’est ce qu’attendent les internautes.

Communication et valeurs, binôme indissociable !

A redécouvrir sur l’article CBNews !

emarketing

la relation client : du transactionnel au relationnel

Cet article d’e-marketing est intéressant en partant d’un historique de la fidélisation. Au départ (dans les années 2010), le système de fidélisation est basé sur le transactionnel où le client achète en comprenant en quoi il va avoir des bénéfices financiers à adhérer au programme de fidélisation. Et récemment, le système s’enrichit du relationnel pour engager le consommateur. Là bien sûr, le story-telling, l’écoute, le questionnement de la satisfaction, l’expérience utilisateur sont des points clefs, leviers importants pour créer du lien, nouer des relations, partager les valeurs…

 

emarketing

Pour une expérience e-commerce différenciante

Penser le contenu le plus riche et le plus pertinent grâce à l’analyse de la donnée : le jeu de la personnalisation est très efficace !

C’est ce que précise rapidement Adobe  sur cet article relayé par emarketing.

 

emarketing

les 6 tendances marketing BtoB 2020

L’infographie d’e-marketing est riche d’enseignements : les mutations sont en marche pour les tendances marketing BtoB, que ce soit pour l’événementiel qui s’adapte avec le covid, l’usage des réseaux sociaux, laugmentation du coût d’un lead, la nécessité d’avoir du marketing de contenu…

C’est à découvrir sur e-marketing !

marketing d’influence en période de crise : du bon sens ?

Les budgets diminuent, les usages changent…

Dans cette étude de SOCIALBAKERS, publiée par VIUZ, on (re)découvre les méthodes pour travailler le marketing d’influence avec efficacité :

  • En avril 2020, l’efficacité du marketing d’influence a diminué de 41 % par rapport à avril 2019, atteignant son point le plus bas depuis au moins janvier 2019.
  • Parmi les secteurs où l’efficacité du marketing d’influence est très performante, on trouve la santé (4,2x), la finance (3,9x), les télécommunications (3,8x) et l’hébergement (2,7x).
  • Au cours des 16 derniers mois, environ 40 % de tous les partenariats de marque ont été conclus avec des micro-influenceurs.

L’idée ? Revenir aux usages de ses clients, redécouvrir le parcours client pour mieux appréhender la manière de les toucher et de leur parler… Du bon sens !

wiki tibco

Le motion design pour poursuivre le storytelling

Tibco met en valeur ses offres de prestations de service numérique et télécoms ainsi que ses équipes, les Tib’s !

Après une adaptation réussie des wikis Tibco, ces nouvelles professionnelles innovantes, sur les différentes briques de service, avec une planche de BD de Sébastien Vassant, ce dernier a conçu un recueil de BD sur le concept du storytelling Tibco.

Maintenant, c’est avec une minute et demie de motion design que le concept des wikis Tibco est présenté. Elaboré avec Etienne Bauquin et Bertrand Decron d’Audiotactic pour l’ambiance sonnore, le motion design wiki met en lumière d’une belle manière cette expérience de « storytelling puissance 10 » !

Tibco l’a mis en ligne sur sa page LinkedIn.