la crise du covi-d nous oblige à réévaluer l’utilité sociale des métiers

Très bel article de Dominique Meda, tellement bien exprimé pour mieux réfléchir !

En voici un extrait : « Des bataillons d’aides-soignantes et d’aides à domicile – en très grande majorité des femmes – assument des tâches cruciales pour la solidarité entre les générations. Ils assurent la toilette, les repas, l’aide aux gestes essentiels de nos seniors dépendants. Faute de reconnaissance et de rémunération suffisantes, de moins en moins de personnes effectuent ces activités difficiles. Mais on peut aussi penser aux éboueurs, aux personnels des commerces alimentaires…

Soudainement, les titulaires des métiers les mieux payés nous apparaissent bien inutiles et leur rémunération exorbitante. L’un des premiers enseignements de la crise sanitaire, en somme, c’est qu’il est urgent de réétudier la « hiérarchie » sociale des métiers, en accord avec nos valeurs et relativement à leur utilité réelle. »

Lancement d’une marque en pleine crise

Expérience de rebond pour le lancement d’une marque en pleine crise du corona virus :

EVOLEUM, qui a su :

  • garder le cap
  • recentrer l’essentiel
  • virtualiser ce qui peut l’être
  • proposer du numérique gratuit
  • rester ferme sur ses valeurs
  • ne pas « profiter » de la crise !

C’est à lire sur e-marketing pour la marque

communication et crise du covi-d

Communication de crise – un article dans la page LI du groupe Dinamic #J’aiFaitDinamic :

En cette période exceptionnelle de crise sanitaire, où le confinement bouleverse l’économie autant que le quotidien, l’entreprise se doit de trouver sa voix et de communiquer clairement sur la situation.

Après la stupeur et le premier effet K.O. de la crise, en termes de communication, la première règle est bien sûr de « continuer à communiquer », comme on le fait déjà. Il n’est pas pertinent de démarrer un fil d’actu ou des articles de fond si on ne l’a jamais fait auparavant. Ne pas jouer la carte de la récupération ou de l’opportunisme, c’est bien la première règle de la communication de crise. Une crise n’est pas un show, l’image de marque serait complètement mise à bas par les acteurs du marché s’ils le percevaient comme tel.

La communication de crise va suivre les mêmes méthodes que les communications externe et interne mises en place par l’entreprise. Le calendrier rédactionnel peut être par contre revu pour coller à l’actualité mais ce n’est pas une communication à part. C’est la crise qui est à gérer en tant que telle, avec ses phases : phase préliminaire, phase aiguë, phase chronique et phase de cicatrisation. Chaque phase amènera son lot de lamentation et d’opportunité pour améliorer l’organisation ! Chaque phase sera accompagnée d’une communication pertinente en respectant les conseils proposés ici et surtout en restant en cohérence avec la communication de l’entreprise, ses valeurs et sa vision.

Quelques conseils sont intéressants à réfléchir, en fonction des pratiques de l’entreprise… (à suivre sur :

groupe Dinamic #J’aiFaitDinamic)

Communication et pertinence sur le web

De bonnes pratiques à reprendre pour avoir un site web en lien avec son offre, les équipes qui la mettent en oeuvre et les valeurs de l’entreprise : à relire sur Econsultancy

Ces propos sont tout à fait en écho à une parole de communiquant Jean-Marc Segati, dg de l’agence Big Success, sur le site e-marketing :

« Quel que soit le support, attention toutefois d’adapter le message s’il a le moindre risque d’être à contretemps, hors propos ou mal perçu. Tous les médias font des efforts pour prendre en compte cette crise majeure en baissant leurs prix, en mettant à disposition des espaces, en proposant des articles personnalisés, des solutions flexibles… »

emarketing

story telling

Le story telling selon Tibco

Avec le story telling, Tibco met en valeur ses offres et ses équipes. Et en mettant en œuvre la collaboration entre une auteure de nouvelle professionnelle et un dessinateur de BD, le résultat est percutant : pédagogie, clarté, émotion, tout y est pour que le savoir-faire et le savoir-être de Tibco soit lisible et explicite et surtout que cela donne envie aux Tib’s, les collaborateurs, de proposer les services numériques et réseaux les plus pertinents à leurs clients et aux nouvelles recrues d’intégrer en fluidité et en souplesse cette belle PME !

Dinamic accompagne les entreprises dans la crise sanitaire

A retrouver sur LinkedIn et le groupe Dinamic LinkedIn, un article que j’ai écrit sur la relation client

La relation client est essentielle quand le confinement rebat les cartes. Il faut poursuivre les actions déjà mises en place et les optimiser avec le distanciel : – rester en contact (téléphone, Skype, Teams, Zoom et tous les outils de partage doc utilisés traditionnellement), – écouter, accompagner, comme d’habitude, – prévoir l’accompagnement à mettre en place en fonction des nouvelles priorités des clients et des changements de programme, – proposer une offre même en application dégradée, – gérer les projets commerciaux, penser différemment leur mise en place en fonction des disponibilités chez le client, – faire du réseau pour le client (en fonction de ses attentes ou contraintes même hors champ de la mission), – poursuivre la communication sur les réseaux sociaux, raconter la story de l’entreprise pendant la crise, valoriser les choix stratégiques ou les actions menées, rester en contact ! Mettre l’humain au cœur des processus, ne pas jouer l’opportunisme mais rester présent, à l’écoute. Que le client puisse continuer à compter sur nous !

dinamic-entreprises-aide-aux-pme-pmi

Dinamic s’organise pour accompagner les entreprises dans la crise du covi-d, cela se passe sur le groupe #JaiFaitDinamic / Comment gérer la crise du coronavirus et préparer la relance ?

Et tout est expliqué sur le site web Dinamic !

 

Covid-19 et labo P4

Un article de Mediapart qui laisse un goût de scenario de mauvais film : à lire sur leur site.

L’histoire du virus coronavirus qui, sorti d’un laboratoire P4 à Wuhan, s’est répandu dans le monde est occultée actuellement par le comptage des victimes. Mais des informations commencent à sortir de derrière le rideau de fer de la censure chinoise.

…un film d’anticipation… avec une saison américaine qu’on pourrait imaginer quand on sait que plus de la moitié des labos de ce type sont aux US !

digitalisation, ok dès que c’est utile !

Non, tout n’est pas digitalisable.

Même pour une formation, on peut jouer sur le présentiel et le distanciel, le numérique pendant le présentiel et bien sûr le digital en formation à distance… A chaque fois, se poser la question de l’objectif de l’action avant d’utiliser l’outil adéquat…

… et parfois, un bon vieux « crobard » sur une tableau blanc ou une feuille de papier peut suffire. Parfois c’est un post-it (un vrai) qui fait office de passage de témoin !

A lire en diagonale sur un article de webmarketing-com

Quand fondamentalisme et capitalisme s’allient contre le droit des femmes

A quelques jours de la journée internationale des droits des femmes, une lecture découverte d’un concept pas si récent et pas si connu… le marketing islamique…

Cela fait peur… non ?
Le marketing islamique… pour faire passer des idées très fondamentalistes et très religieuses sous couvert de répondre aux attentes du marché et masquer ainsi l’envie de convertir en fausse ouverture d’esprit…
Plutôt dangereux face aux ado en crise d’identité et à ceux qui se croient libres en tombant dans les griffes des gourous de la mode !

Alors pour y répondre, quelle solution ? Rester lucides, rester unis dans nos différences et ne surtout pas véhiculer le faux choix des femmes à porter le voile, faux choix manigencé par certains hommes.

Quel effort encore pour déambuler dans la jungle des slogans et des publicités, entre défilés faussement pudiques et délires patriarcaux !

A lire ou relire sur Le Figaro !

La mixité n’est peut-être pas pour demain…

Une étude intéressante de Springer qui laisse encore la place à des prises de conscience pour des actions en faveur de la mixité. Sans parler de combat, c’est une vigilance de tous les instants, dirait-on !

Les initiatives personnelles et à l’échelle de l’entreprise sont donc bienvenues pour éviter l’ancrage des stéréotypes.

Bien sûr il y a le salaire :

Despite growing impetus and numerous efforts to promote gender equality, women continue to earn less than men in nearly every profession (Carnevale et al. 2018), yielding an average gender pay gap of 16.6% worldwide, with some countries showing gaps of up to 47.2% (International Labour Organisation 2019).

Et il y a la formation des compétences qui semble-t-il est genrée !

Research suggests that men generally perform better than women in bilateral bargaining situations, with some exceptions (Mazei et al. 2015)